Myanmar

Mandalay, la mal-aimée

Tant dans les guides que sur internet, on lit souvent que Mandalay est une grande ville avec tous les inconvénients que cela inclue. Beaucoup de voyageurs proposent d’en faire l’impasse, la trouvant tour à tour trop grise, trop bruyante ou trop malodorante. Moi, au contraire, j’ai beaucoup aimé passer une journée à la découverte de Mandalay, et aurais pu en passer plus à flâner dans ses rues animées. Voici un résumé de cette journée complète consacrée à la visite de cette mal-aimée.

Madalay little girl

Le minibus pour Mandalay passe nous chercher à 4h30 à notre hôtel de Bagan. Nous allons donc acheter des bananes pour le trajet et filons vite boucler nos sacs et nous coucher.
Il arrive avec à peine dix minutes de retard. Il n’y fait pas froid (pas de clim heureusement) et nous voyageons avec des locaux. Nous avons payé 9000kyats et avons du passer par une petite agence pour la réservation.

La conduite est plus qu’aléatoire et je ne suis pas très rassurée. Nous manquons plusieurs fois de tomber de nos sièges et dormir s’avère réellement compliqué, pour ne pas dire impossible.
Nous arrivons finalement vers 8h40 et le bus nous dépose aux alentours de la cathédrale comme nous lui avons demandé puisque cela s’avère également être un quartier où l’on trouve des hôtels abordables. Nous avons en effet une réservation à Mandalay pour les 3 nuits suivantes mais pas pour le jour même. L’hôtel réservé étant d’un standard plutôt élevé et assez cher, nous préférons trouver quelque chose d’un peu plus abordable pour cette nuit.

Nous visitons un hôtel où deux types de chambres nous sont proposées (l’une étant certainement une ancienne cellule de prison… ce sont d’ailleurs des grilles, sales et compagnons de cellules en plus (araignées, rats certainement ;)), nous nous redirigeons vers l’autre, propre, avec eau chaude et ventilateurs. Nous négocions le prix à 20 au lieu de 25$ la chambre, petit déjeuner sur la terrasse inclus.
Nous décidons aujourd’hui de visiter Mandalay de fond en comble, du moins toutes les attractions nous intéressant, à pied. En prenant cette décision, nous sommes loin d’imaginer que les rues sont en fait si éloignées les unes des autres. Il nous faudra plus d’une heure pour atteindre la rue dans laquelle sont concentrées la plupart des pagodes.

Mandalay street Mandalay street sign mandalay mandalay street vendor

Entre temps, je cherche désespérément à changer de l’argent dans une banque ouverte mais c’est peine perdue, et lorsqu’enfin nous en voyons une dont la porte est ouverte, la banque est en fait fermée. Les agents de sécurité et leurs amis nous expliquent alors qu’aujourd’hui est « Union Day », et de ce fait, un jour férié au Myanmar. Il reste une banque ouverte, un peu plus loin et nous allons donc tenter notre chance. En effet, le comptoir extérieur de change est ouvert et je change donc un billet.
Un petit lunch de « crêpes » au restau juste à côté et nous voilà reparties.

Nous croisons de nombreuses échoppes de rue, étalées sur les trottoirs rendus de ce fait inaccessibles aux piétons. On croise de nombreux indiens et repérons d’ailleurs un restau indien près de notre hôtel pour le repas du soir.

mandalayMandalay old car  Mandalay Obama street art Mandalay shop mandalay
Nous faisons impasse sur le palace, dont l’enceinte est désormais principalement occupée par l’armée. L’entrée que nous passons est interdite aux étrangers et nous ne souhaitons pas marcher une heure de plus pour admirer une pâle réplique de l’ancien palace.

mandalay palace entrance
Mandalay possède de très belles pagodes, dont une, la pagode du plus grand livre ouvert, Kuthodaw, qui m’a énormément plu. C’est une pagode à l’architecture très particulière, où sont érigées de très nombreuses petites stupas d’un blanc immaculé. En leur sein, une plaque, la fameuse page du livre, de ce fait ouvert. A ne pas manquer également, l’un de ces magnifiques arbres Banyan, dans la cour.

mandalay banyan tree mandalay pagodapagode Kuthodaw

Nous avons également visité le fameux monastère Shwe Nandaw en bois de teck où vécut le roi Mindon. Pour la petite anecdote, le moine en chef refusait que l’on fasse payer la visite aux touristes. Malheureusement, dès son décès, le gouvernement y a instauré le droit d’entrée de Mandalay. Comme un pied de nez au religieux, ce droit d’entrée (valable pour les trois villes, Mandalay, Ava et Amarapura) doit être payé juste à l’entrée du bâtiment…

Mindon Shwe Nandaw Monastery Mandalay

Bon, c’est une très belle architecture, mais pour nous qui avions déjà visité un beau monastère en bois à Bagan (voir l’article sur Bagan ici), ce n’était finalement pas bien différent, et nous aurions pu nous en passer.

Deux autres pagodes sont intéressantes à visiter à Mandalay, l’une juste à côté de la pagode au livre ouvert, et l’autre un peu plus loin, derrière celle-ci, au pied de la colline. Les pagodes Sandamuni et Kyauktawgyi.

mandalay pagoda

pagode Sandamuni avec vue sur la colline

La colline, parlons-en d’ailleurs. Pour en atteindre le sommet, il faut gravir un très grand nombre de marches, et s’improviser détective. En effet, alors qu’on espère être arrivé au sommet à chaque flopée de marches gravie, ce n’est en fait jamais le cas… Nous avons emprunté la bonne entrée lors de l’ascension, et pouvions donc jouir d’une vue fantastique après la deuxième flopée de marches. Malheur nous a pris de vouloir continuer et nous l’avons regretté puisque le dernier étage est payant. Nous nous sommes perdues lors de la redescente et avons emprunté la mauvaise sortie : pas de beau coucher de soleil pour nous.

Mandalay hill

vue depuis la colline sur la pagode du livre ouvert (Kuthodaw)

Après la colline, nous redescendons par la mauvaise sortie, plutôt déçues de n’avoir pu admirer le coucher de soleil depuis les hauteurs de la ville. Fatiguées de notre nuit trop courte et d’avoir autant marché, nous cherchons un taxi. N. porte une jupe. Il est donc hors de question de prendre un scooter et nous recherchons désespérément une solution. Finalement, c’est un pick-up vide qui nous prend et nous dépose à notre hôtel pour 1000 chacune. Une douche plus tard, nous allons manger au petit restau indien, dans la même rue que le temple hindoue, où nous sommes accueillies comme des reines. Nous y sympathisons également avec un petit chaton tout mignon.

Le lendemain matin, après un copieux petit déjeuner, nous partirons nous installer dans l’hôtel que nous avions réservé sur Internet.

Mandalay Kuthodaw pagoda Mandalay university clock tower

Big Ben à l’université de Mandalay

Mandalay pachisi game

Serait-ce un jeu de Pachisi ?

Mandalay mandalay children Mandalay buddhist nuns Mandalaynonnes bouddhistes en promenade

Finalement, mon appréciation de cette ville ne vient pas forcément de ses attractions, mais bien de sa vie et de son ambiance. Où d’autre qu’en ville pouvons-nous observer la culture et ses différences avec ce que nous connaissons ? Mandalay pourrait être Lyon en France et pourtant, nous en sommes si loin. J’ai adoré frapper le pavé et arpenter les rues de cette métropole où l’on croise tour à tour une église bleue, un temple hindou multicolore et des pagodes immaculées. J’ai adoré observer ces toutes jeunes femmes trier du charbon sur le trottoir ou observer ces petits stands de réparation de vélo en bord de route. L’effervescence des grandes villes nous offre cette possibilité d’observer. Elle nous offre tant que l’on ne sait plus que regarder ! Non ! Mandalay n’est pas grise, puante et bruyante. Pour moi, au contraire, elle porte les couleurs de la vie et ce qu’elle ne possède pas en architecture rocambolesque, elle l’offre en scènes du quotidien.

Mandalay market Mandalay child market Mandalay hairdresser market Mandalay market Mandalay bird catcher

oiseaux en cage – payer pour les relâcher serait une image de la Liberté. Malheureusement, ils sont dressés pour revenir

Mandalay flowers vendorMandalay. Life.

Commentaires (1)

Ecrire un commentaire