Myanmar

Escapade à Pyin U Lwin

Aaah… Pyin U Lwin… Rien que son nom nous fait rêver, synonyme de poésie, de grand air et de paysages éblouissants. Mandalay est une ville intéressante, mais l’air peut vite y devenir étouffant et c’est là que Pyin U Lwin entre en scène… Vous aussi, montez en altitude et profitez de l’air frais de cette ancienne colonie britannique !

Ce matin, nous nous réveillons de bonne heure. Nous avons prévu de nous rendre à Pyin U Lwin en bus, à 2h30 de là. Cela me donnera une journée d’avance sur mon itinéraire (voir ici).

diligence Pyin U Lwin Birmanie Myanmar
Nous nous rendons à l’angle des deux rues conseillé par notre guide papier et l’un des réceptionnistes mais seul un pick-up vide s’y trouve et nous ne souhaitons pas réitérer notre mauvaise expérience passée (voir l’article sur Sagaing ici). Renseignements pris, on nous dit qu’à quelques rues de là se trouve un autre arrêt pour Pyin U Lwin avec plus de compagnies. C’est parti ! Oui mais voilà… une fois arrivées, même scénario ; un pick-up presque vide et pas de bus. Nous grimpons malgré tout dans le pick-up et attendons une demi-heure qu’il se remplisse et se décide à partir.

Commence ensuite une nouvelle course folle. La route est principalement en montée et alors que nous, européennes, n’y voyons qu’une voie, eux l’utilisent à deux voies créant ainsi des dépassements… plutôt dangereux. A fond dans les virages, nous sommes en équilibre sur deux roues latérales. Pas téméraire, moi, je vous dis ! La montée est annoncée à 2h/2h30 alors que la descente doit prendre 1h30. Lorsque nous voyons la route et la conduite, nous prenons une décision sans appel : nous redescendrons en train ! Mieux vaut mettre trois fois plus de temps et arriver en vie.
A notre arrivée à Pyin U Lwin, nous nous rendons donc à pied à la gare afin de trouver les horaires des trains et acheter nos tickets. Nous trouvons bien les horaires avec un départ prévu à 17h40 mais le comptoir à billets est fermé, jusque 16h30 a priori.

Nous nous dirigeons alors vers le centre ville puis, croisant des diligences arrêtées en bord de route, décidons de nous faire un petit plaisir en découvrant la ville à la Jane Austen.

pyinulwin16 passager clandestin Pyin U Lwin Birmaniepassager clandestin à l’arrière de notre diligence. Prévenez le shérif !

Pyin U Lwin étant une ancienne colonie anglaise, on trouve encore de nombreux bâtiments coloniaux ainsi que ces fameuses diligences, très vieillissantes, datant de la fin du 19ème siècle.

Nous payons 5000kyats à deux, sans négocier, avec un arrêt au marché Shan où la diligence nous attendra. Le marché est encore une fois intéressant et on remarque que les gens parlent plutôt bien anglais ici. Je discute pendant un long moment avec un vieux monsieur, un petit couturier à l’anglais parfait. On parle couture, bien entendu (il n’en croit pas ses oreilles lorsque je lui dis que ma machine à coudre n’a pas de table raccordée), mais aussi voyages.

marché Shan Pyin U Lwin Birmanie marché Shan Pyin U Lwin Birmanie

Il y a énormément d’indiens et de chinois qui vivent dans cette ville et nous prévoyons dores et déjà un super repas.

1h30 plus tard, notre petit tour cahotant se termine en plein centre et nous partons manger dans un restau… indien. Nous avons bien du temps devant nous, la visite de la ville étant quasi terminée. Il y a bien un jardin botanique qui a l’air sympa mais l’entrée est plutôt chère.
Le restaurant est très bien et vraiment bon marché, on se fait plaisir à commander plusieurs mets ainsi qu’un bon chai. Le serveur parle parfaitement l’anglais, c’est agréable aussi.
Nous allons ensuite nous promener vers la mosquée, achetons quelques sucreries indiennes (pas données!) avant de passer devant le temple hindou puis allons nous prélasser dans un ancien café colonial (vraiment cher et pas de toilettes mais décor sublime) avant de retourner à la gare.

pyinulwin17

Nous nous promenons sur le marché à côté de la gare et achetons de quoi manger dans le train. Tout coûte très peu cher et, encore une fois, on se fait plaisir !

pyinulwin7 marché gare Pyin U Lwin Birmaniepyinulwin8 pyinulwin9
Le bureau des tickets ouvre finalement une demi-heure avant le départ. Le gars est antipathique au possible ! On lui demande des billets en classe ordinaire à 550 par personne et, ne souhaitant pas nous les vendre, il nous dit qu’il n’y a pas de siège… mais bien sûr ! Nous insistons et il abdique. Il est obligatoire de présenter son passeport, ce que j’ignorais étant donné que nous n’en avons pas eu besoin pour prendre l’avion. Heureusement, je connais mon numéro.

A l’arrivée du train, les policiers, en nombre dans l’un des wagons, refusent que nous nous installions dans la classe ordinaire, malgré nos tickets. Ils nous disent de monter en upper et puis c’est tout… Nous nous exécutons donc, sympathisant avec une québecoise venant de passer une semaine à Kyaukme. Elle me donne pleins de bons plans pour Kyaukme et Hsipaw.

pyinulwin11

Le vendeur de ticket antipathique arrive finalement et nous passe un savon. On lui explique la situation et il finit par nous placer lui-même en ordinary class, dans un autre wagon, ce qui n’est pas déplaisant du tout, bien au contraire, juste un peu moins confortable. Nous sympathisons avec les locaux, je fais découvrir l’ipod aux enfants et adultes qui aiment beaucoup ça avec tout de même beaucoup de timidité et de pudeur. On nous offre du thé et de la nourriture, une belle ambiance bon enfant très agréable malgré le confort rudimentaire.

pyinulwin13

Le train se met en marche et le contrôleur vient nous surclasser. Il nous dirige tout simplement vers les mêmes places que nous avions précédemment, entre la québecoise, K., et l’irlandaise professeur d’anglais à Mandalay, J.. Nous discutons presque tout le trajet. Arrivées à la gare, l’irlandaise et la québecoise partent ensemble : J. accueillera K. pour la soirée avant son départ le lendemain.

train Pyin U Lwin Birmanie

Une argentine très sympathique nous rejoint ce qui me donne l’occasion de pratiquer un peu mon espagnol. Nous trouvons des taxis (c’est donc ici qu’ils étaient cachés) et négocions le prix pour deux arrêts avec l’un d’entre eux, pour 1000 par personne. L’hôtel de l’argentine est à seulement quelques rues du notre.

Si l’intérêt touristique de Pyin U Lwin tient plutôt dans sa campagne alentour que nous n’avons pu visiter, faute de temps, nous avons réellement apprécié cette journée où l’on a pu respirer à pleins poumons, s’exprimer facilement et expérimenter le train birman. Et ça, c’est la recette parfaite pour une journée agréable.

Commentaires (1)

Ecrire un commentaire