Myanmar

Mawlamyine… n’a pas toujours belle mine

Mawlamyine a été une étape… plutôt décevante de notre voyage. La déception ne tient pas forcément à la ville sinon au manque de sympathie et d’aide que nous avons reçues. Nous vivions jusqu’alors dans un rêve, au pays du sourire. La chute fut difficile. Mawlamyine a néanmoins quelques trésors enfouis  sur lesquels je vais essayer de me concentrer.
mawlamyine-birmanie

Depuis l’aéroport de Rangoun, nous négocions sec mais rapidement un taxi vers la gare routière. Elle ne se situe pas très loin de là et on s’est donc fixé un prix inférieur au trajet vers le centre ville.

Il est 17h30, l’avion a eu un peu de retard et notre guide du Routard affirme que le dernier bus pour Mawlamyine part à 18h. On commence à se demander si nous n’allons pas devoir passer la nuit à Rangoun. C’est l’heure de pointe et il nous faudra presque 1h pour parcourir les 9km nous séparant de la gare routière. Enfin arrivées, un rabatteur d’une compagnie de bus nous prend en charge. Les bus pour Mawlamyine partent toutes les 30 minutes et celui de 18h était loin d’être le dernier. Nous achetons nos billets pour 10000kyats chacune et nous retrouvons dans un bus plutôt ancien, pas forcément hyper confortable, et placées au premier rang donc avec un minimum de place pour les jambes. C’est la première fois que nous passons par la gare routière de Rangoun et comme des débutantes, nous avons simplement pris le premier bus.

Vers 22h, arrêt et descente obligatoire pour tous dans un restaurant routier. Le chauffeur arrose les pneus afin de les refroidir. Nous arrivons à 1h30 à la gare routière de Mawlamyine. Sans calme ni charme, les chauffeurs de taxi et touktouk se jettent sur nous. Nous négocions finalement un touktouk à 2000 pour nous deux en direction du centre ville, à la Aurora guesthouse où nous avions essayé de réserver la veille, sans réponse de leur part.

Malheureusement, la guesthouse est fermée à notre arrivée. Un hôtel un peu plus loin est affiché complet. Nous essayons alors d’appeler d’autres guesthouses, l’Aurora répond également enfin, complet. Le touktouk nous ramène dans un hôtel tout proche de la gare routière qui, lui, a une chambre de libre, le Pyone Pann Wai Motel. Une bagarre féroce commencera alors dès le lendemain…
Pour l’instant, crevées, nous prenons la chambre au sous-sol qui nous est montrée et nous endormons rapidement.
Le lendemain, c’est une douche froide que nous prendrons. Littéralement. La chambre coûte 20$ et le petit déjeuner n’est pas inclus. Nous n’avons pas eu d’eau chaude et n’avons pas de fenêtre. En insistant longuement, je finis par obtenir une chambre plus économique, à moitié prix, avec salle de bain partagée pour la nuit suivante.

pagode-mawlamyine-birmanie

Nous partons visiter la ville à pied, les prix des touktouks nous étant annoncés à la réception nous paraissant exorbitants. On croise de belles et grandes maisons sur le point de s’écrouler, quelques mosquées à l’architecture bien sympa, on marche au bord de l’eau puis on prend une petite barque pour se rendre sur l’île au lavage de cheveux. C’est la version rapide. Nous venons en effet de marcher pendant plus de deux heures.

mawlamyine-birmanie

L’aller-retour vers l’île en bateau coûte 2000 par personne, non négociables. Sur l’île, nous rencontrons M. et A., un couple de retraités français ainsi que X., belge flamand francophone. Tous trois sont au même hôtel que nous et nous papotons un bon moment avant de décider de continuer les visites ensemble. Eux aussi ont également eu à se battre avec l’hôtel et j’apprends à ce titre qu’ils paient moins que nous avec petit déjeuner inclus (pour lequel ils ont du réellement élever la voix), voilà une chose qu’il faudra régler ce soir.

L’île est toute petite et il n’y a pas énormément de choses à y voir. On y trouve un monastère, une petite pagode, quelques statues colorées. C’est néanmoins paisible et agréable.mawlamyine-birmanie

île-lavage-cheveux-Mawlamyine-birmanie
Nous rentrons tous ensemble en bateau puis allons manger un bout. X. souhaite tester un restaurant inscrit dans son guide. Malheureusement, il s’avère être une véritable arnaque aux pris bien plus gros que les portions, plutôt ridicules.

Nous terminons notre repas et décidons d’essayer de réserver un bateau pour Hpa Ann le lendemain, pour 4000 par personne comme cela est inscrit dans notre guide. Malheureusement, ces bateaux n’existent plus depuis des années et les seuls que nous trouvons sont à 10000 et 12000 kyats par personne. Le ferry a en effet était supprimé par le gouvernement quelques années plus tôt. Tant pis, nous prendrons le bus.

Nous partons en direction de la colline sur laquelle s’élèvent de nombreuses pagodes et monastères. On y jouit de plus d’une vue imparable sur la ville et la rivière.  La plupart des pagodes sont en cours de rénovation mais cela ne nous empêche pas d’admirer le coucher de soleil ainsi que l’architecture qui semble avoir eu quelques influences chinoises. Nous croisons également (de loin heureusement) la route d’un énorme serpent !!

mawla17

pagode Mahamuni et jardins en cours d’aménagement

mawla16 mawla9 pagode-kyaikthanlan-mawlamyine

ascenseur menant vers la pagode Kyaikthanlan

Saviez-vous d’ailleurs que le Myanmar est le pays d’Asie du Sud-Est possédant le plus d’espèces de serpents mortels ? 3 au total, en plus des serpents non mortels bien entendu. Tout habitant a l’ordre de tuer tout serpent croisant sa route. C’est ici que je me suis rendue compte de l’utilité des chiens errants qui se sont mis à aboyer férocement à l’approche du reptile. J’en aurais bien invité un à me joindre tout au long de mon voyage.

Le coucher de soleil est splendide ! Nous rentrons ensuite à pied en direction de notre hôtel et partons manger dans une petite gargote à quelques pas de là.

mawla7 mawla4 mawla3 mawla

Je gagne une très longue bataille contre la réceptionniste avec petit-déjeuner et réduction à la clé. J’en ressors épuisée mais heureuse d’avoir pu faire valoir nos droits.

Si les nombreuses déceptions et arnaques que nous avons du essuyer sur place nous laissent un goût amer de cette ville, le magnifique coucher de soleil auquel nous avons assisté suffirait presque à m’apaiser. Mawlamyine est une ville qui s’est très récemment ouverte au tourisme et qui n’est pas encore en mesure de faire face à cette affluence inattendue. Les quotas de touristes autorisés dans les hôtels sont toujours au plus bas, rendant ainsi la tâche de trouver un lit pour la nuit plus difficile qu’elle ne devrait l’être, notamment en période touristique. Plusieurs attractions sont proposées aux alentours sur lesquelles nous avons choisi de faire l’impasse, faute  de budget et de réel désir, telles que l’île des géants ou le bouddha couché géant. Nous aspirions alors à un peu moins de déception et un peu plus de verdure et sérénité.

Ecrire un commentaire