Sweet' a la parlote

Le Renouveau est en marche

La vie prend parfois un cours des plus inattendus. C’est ce qui m’est arrivé il y a quelques mois, et depuis, je vis comme en suspens.

Reprendre une vie normale après une séparation, n’a rien de simple. J’aimerais pouvoir exprimer tout ce que je ressens, sans pour autant que cela soit barbant. J’ai ce besoin viscéral de noircir les pages, car j’ai beau essayer, aucun son ne sort de ma bouche, sinon quelques sanglots étouffés.
Ce n’est pas un article joyeux, ce n’est pas un article de voyage. A vrai dire, ce n’est pas un article du tout ; c’est une page.

A l’heure où la plupart dresse le bilan heureux de l’année écoulée et rêvent d’ores et déjà à ce que cette nouvelle année leur réserve de plus beau, moi, je ne sais que couler. Et puis est venue cette parole, comme tout droit tombée du ciel, une parole pourtant si commune pour fêter le nouvel an : « la page du chapitre est blanche, à toi de l’écrire ».

Le support à l’avantage d’avoir une petite croix dans son corner droit, une échappatoire à la noirceur. Mais c’est également la possibilité pour moi de me sentir lue et épaulée, sans obliger mon interlocuteur à subir mon discours.

J’aimerais comprendre comment l’amour peut-il cesser d’exister. J’aimerais savoir, pourquoi l’on se refuse à essayer mais j’aimerais surtout être capable de répondre à cette question :

Pourquoi suis-je incapable d’imaginer la vie sans lui ?

Lorsque l’on me présente, on parle souvent d’une jeune femme très indépendante qui a fait trois fois le tour de la Terre. Il y a bien du vrai, je suis une jeune femme !

Voyez-vous, ce qui me porte aujourd’hui, c’est l’espoir. Mais un espoir malsain ; celui d’être de nouveau à ses côtés. C’est terrible comme sentiment ! Je pardonne tout et promets beaucoup. Certainement beaucoup plus que ce dont je suis capable en réalité, bien qu’il est certain que tous les événements passés m’aient permis de repenser mes attentes et mes désirs.

Je suis terrifiée ! Terrifiée à l’idée de devoir me mettre à chercher un emploi, seule, dans une langue que je ne maitrise plus aussi bien que je le voudrais. Je suis terrifiée à l’idée de m’envoler vers la Birmanie, la destination de mes rêves, en sachant qu’aujourd’hui, le cœur n’y est plus. Je suis terrifiée à l’idée de revivre avec lui en tant que couple séparé. Et j’ai peur, peur qu’il ne reconstruise sa vie si vite, et que ce soit mieux ailleurs.

Ecrire un commentaire