Myanmar

Birmanie – Trek à Kyaukme

Kyaukme fut une des étapes que j’ai le plus appréciées lors de mon voyage au Myanmar. Sous l’emprise d’un charme, j’aurais pu rester des jours entiers à arpenter le centre, ou bien repartir en trek à la rencontre des minorités et villageois alentours. J’ai effectué un trek à moto d’une journée avec Thura. Place aux photos et quelques impressions écrites. 

enfants-birmanie

DSC_0230 (Copier)

DSC_0231 (Copier)

S. et moi nous laissons porter par nos guides. Excellents chauffeurs, nous apprenons rapidement à leur faire entièrement confiance : ils savent manier le guidon. Nous passons à travers champs, à travers rizières, nous arrêtons un instant à observer les travailleurs, principalement des femmes, le dos cassé par le dur labeur.

DSC_0229 (Copier)

kyaukme-birmanie

DSC_0248 (Copier)

DSC_0249 (2) (Copier)

DSC_0253 (Copier)

DSC_0255 (Copier)

Kyaukme-birmanie

DSC_0270 (Copier)

 DSC_0273 (Copier)

DSC_0275 (Copier)

DSC_0280 (Copier)

DSC_0277 (Copier)

DSC_0291 (2) (Copier)

On dit ici que ce sont les femmes qui effectuent les besognes les plus harassantes. C’est en effet l’impression que l’on a et qui sera confirmée quelques heures plus tard lorsque, tentant de passer sur une route en phase de goudronnage, nous noterons encore une fois que ce sont les femmes qui construisent les routes, à la main. Les barils de goudron sont alignés de chaque côté de la route alors que les femmes transportent et déposent les pierres. Le goudronnage se fera ensuite plus ou moins à main nue, parfois à l’aide d’une petite machine. Les enfants aident également. Le long de la route en construction, de petites tentes en bâches, construction fortuite avançant en même temps que les travailleurs.

Nous apprendrons que ces travailleurs sont souvent des villageois, hors saison des cultures, payés au lance-pierre (même pour la moyenne birmane). Les enfants n’ont généralement pas la chance d’être scolarisés et les familles vivent dans des conditions horribles, à la nomade, travaillant quotidiennement avec des matières toxiques sans aucune sorte de protection. Les routes sont en permanence détruites et ces routes de campagne auront une moyenne de vie de moins de 5 ans. Certains birmans blaguent en disant que dès qu’ils auront terminé la route, il sera déjà temps de la rénover.

Un peu après le déjeuner, nous aurons un petit problème avec l’une des motos qui devra rapidement être réparée. Thura est heureusement habile et moins de 30 minutes plus tard, nous sommes de nouveau sur la route. Sur le chemins de poussière, les roues s’enfoncent et il est très difficile d’avancer.

DSC_0297 (Copier) (2)

DSC_0298 (Copier)

DSC_0300 (Copier) (2)

kyaukme-birmanie

Nous quittons alors la route pour s’avancer sur des sentiers au milieu de plantations de thé, à flanc de montagne. Des paysages époustouflants s’offrent à nous.

DSC_0303 (Copier)

DSC_0305 (Copier)

DSC_0307 (Copier)

DSC_0309 (2) (Copier)

DSC_0313 (2) (Copier)

DSC_0315 (Copier)

DSC_0317 (Copier)

DSC_0322 (Copier) (2)

DSC_0323 (Copier)

DSC_0328 (Copier)

DSC_0332 (Copier)

DSC_0334 (Copier)

Nous passons plusieurs villages dans lesquels nous nous arrêtons et sommes invités par tel ou tel habitant. On nous offre du thé, une tasse de bambou, des fruits pour se gratter le dos et des sourires, toujours des sourires.

DSC_0339 (Copier)

DSC_0343 (2) (Copier)

DSC_0349 (2) (Copier)

DSC_0354 (Copier)

DSC_0357 (2) (Copier)

Nous rentrerons tard à l’hôtel, des images et des souvenirs plein la tête…

Commentaires (4)

  • Tes photos sont tellement belles… <3

    Répondre
    • Merciiii ma Lau <3 ! de nouvelles photos de Birmanie seront de nouveau en ligne tout bientôt 🙂

      Répondre
  • Bonjour !
    Svp pourriez vous me dire quel prix vous avez payé pour la journée?
    Merci !

    Répondre
    • Bonjour Maryse,
      Je ne suis pas certaine…entre 25 et 35$ par personne pour 2 personnes il me semble.

      Répondre

Ecrire un commentaire